Une bonne lecture de la balle … nécessité absolue !

Une bonne lecture de la balle … nécessité absolue !

La base :

Comme dans tous les sports où l’on reçoit un objet qu’on doit frapper, l’anticipation et la lecture de cet objet sont primordiaux pour obtenir de bons résultats. La plupart des joueurs de tennis récréatifs comprennent l’importance de bien se placer à la balle pour exécuter leur coup, mais sous-estiment souvent l’importance de bien lire et anticiper la balle le plus tôt possible après la frappe de leur adversaire.

Il est donc impératif, une fois la balle frappée, de se concentrer le plus possible sur notre adversaire pour ainsi obtenir des informations cruciales sur son coup, ce qui nous permettra ultimement de se rendre à la balle rapidement et ainsi maximiser la qualité de notre coup suivant.

Les fondamentaux de la lecture de balle :

Comment connaître la direction qu’empruntera notre adversaire sur son prochain coup? À quelle hauteur arrivera la balle à nous? À quelle vitesse de balle devrons-nous nous ajuster ? À quel effet aurons-nous à faire face? Et à quelle distance la balle tombera-t-elle dans le terrain ? Ce sont toutes des questions auxquelles il faudra répondre très rapidement durant le jeu faute de quoi nous ne ferons que réagir à la balle et non pas l’attaquer comme on pourrait le faire si on avait bien anticipé cette fameuse frappe !

La première chose qui est marquante quand on enseigne le tennis à des joueurs récréatifs (et à un certain degré à des joueurs de compétition aussi) est le manque d’attention porté aux gestes de notre adversaire. Le tennis se joue contre un ou deux adversaires et il est par conséquent crucial de bien voir ce qui se profile de l’autre côté du filet pour pouvoir être efficace dans son déplacement vers la balle pour ensuite prendre de bonnes décisions durant le jeu et bien exécuter ce que l’on aura décidé de produire comme frappe.

Je pense qu’à force de se faire marteler de regarder la balle, regarder la balle et encore regarder la balle par certains entraîneurs, les joueurs en viennent à complètement oublier que les informations qu’on obtiendra sur la frappe de notre adversaire ne viennent pas de la balle elle-même mais plutôt du corps de notre adversaire ! Certains indices qui peuvent être observés sur celui-ci nous rendront la tâche beaucoup plus facile durant les échanges et ne nécessitent pas de grandes connaissances stratégiques pour les reconnaître.

La première chose à faire est de très bien regarder notre adversaire avant et pendant sa frappe de la balle pour aller chercher le plus d’informations possibles sur celle-ci et se placer assez tôt à la balle dans le but d’être plus proactif et ainsi pouvoir dominer le coup suivant pour mettre son adversaire en mouvement.

Soit dit en passant, ce travail d’évaluation et d’anticipation devrait être pris en considération à tous les niveaux de jeu car il est l’essence même du jeu et tout le reste de ce qu’on fera sur le terrain en dépendra. Il est donc faux de prétendre que cela est trop difficile à gérer pour les joueurs débutants et il faut donc s’assurer, peu importe son niveau de jeu, de tenter d’améliorer cette facette et ce, le plus rapidement possible si on veut améliorer l’ensemble de son jeu. Il est évident que plus le jeu sera rapide et les adversaires coriaces, plus cette anticipation devra être précise et rapide pour pouvoir répondre adéquatement aux attaques de son adversaire.

La direction :

Alors quelles sont les informations qu’on recherche quand on vient de frapper la balle et que notre adversaire s’apprête à frapper celle-ci à nouveau ?

La première chose qu’on peut tenter d’observer chez son adversaire est sa position (en anglais le stance). Est-ce que notre adversaire adopte une posture très ouverte ou plutôt fermée (de côté) par rapport au terrain. Ceci peut nous vendre des informations sur la direction que notre adversaire adoptera sur son coup.

Il est certain qu’à un certain niveau de jeu les joueurs développent des aptitudes pour mieux camoufler la directions de leurs coups, mais il est quand même possible de voir à quel moment le joueur frappera la balle dans l’espace, ainsi une frappe plus en avant signifiera une balle habituellement croisée dans le terrain, alors qu’une frappe qui se produit plus tard signifiera que la balle devrait aller en parallèle.

Encore une fois, une bonne concentration sur ce qui se passe nous assurera une meilleure chance de bien voir ce qui s’en vient à l’horizon. Un exemple concret serait quand on attaque notre adversaire avec vigueur dans un coin du terrain et que l’on voit que celui-ci peinera à se rendre à la balle à temps, cela signifiera la plupart du temps que sa frappe sera légèrement en retard et par conséquent que sa balle restera en parallèle.

On doit donc protéger la partie parallèle du terrain et non pas rester trop à l’opposé pour protéger le croisé inutilement et avoir plus de terrain à couvrir pour se rendre à cette prochaine balle.

La hauteur :

Autre élément important à évaluer pendant le jeu est la hauteur de la balle que notre adversaire frappera au-dessus du filet. Il est très important encore une fois pour connaître le temps dont on dispose mais aussi à quelle hauteur la balle bondira pour bien se placer, et cela dépend en grande partie de la hauteur de la balle qui nous arrive.

La façon de bien reconnaître la hauteur de la balle et de la lire rapidement est de bien observer la trajectoire de la raquette de notre adversaire, c’est-à-dire comment la raquette s’amène vers la balle. Une trajectoire du bas vers le haut signifiera une balle qui montera rapidement plus haut par-dessus le filet, tandis qu’une trajectoire linéaire de l’arrière vers l’avant voudra dire que la balle restera beaucoup plus près du filet.

Il pourrait aussi arriver d’observer une trajectoire du haut vers le bas sur une balle que notre adversaire attaque les pieds dans le terrain, ceci donnera une balle très près du filet et habituellement rapide, mieux vaut être prêt rapidement !

La vitesse :

Un chose importante à pouvoir lire est la vitesse de la balle : évidemment que celle-ci est cruciale si l’on veut connaître le temps dont on dispose pour se placer à la balle et bien se rendre pour exécuter un coup de qualité. Pour cet aspect du jeu, il faut regarder du côté de la qualité du placement de son adversaire, c’est-à-dire si celui-ci est placé rapidement sur la balle et pourra par conséquent frapper une balle puissante et appuyée ou si au contraire celui-ci est placé en déséquilibre à la dernière seconde et frappera probablement moins fort qu’à l’habitude.

On peut aussi porter une attention particulière à l’amplitude que notre adversaire déploie avant de frapper la balle, une grande amplitude sera synonyme de puissance tandis qu’un élan plus compact signifiera une balle sûrement plus lente. Il faut aussi considérer que plus l’on frappe fort, moins l’adversaire aura à faire pour remettre de la puissance sur la balle car celui-ci se servira de la puissance de la balle qu’il reçoit pour en produire à nouveau.

L’effet :

Un quatrième élément à considérer est l’effet que notre adversaire mettra sur la balle au moment de la frapper. On peut retrouver 3 types d’effet, soit l’effet brossé (aussi appelé topspin ou lifté), l’effet coupé (ou slice), et la balle à plat (c’est-à-dire une balle avec un minimum d’effet qui est généralement plus rapide que les 2 autres).

Comment reconnaître ces effets, eh bien en regardant comment la raquette de notre adversaire est préparée et comment elle arrive à la balle. Si la raquette décrit un arc de cercle du haut vers le dessous de la balle ou que la raquette arrive carrément d’en-dessous de la balle on est en droit de s’attendre à une balle brossée, ce qui signifiera une balle qui fait un bond plus haut quand elle touche le sol. Plus la balle est frappée rapidement, plus le bond élevé sera prononcé. Par exemple Nadal avec ses 4000 tours minutes sur la balle vs Murray et ses 2500 tours minutes. Celle de Nadal bondira beaucoup plus haut que celle de Murray mais sera un peu ralentie par l’effet prononcée donc nous arrivera avec moins de vitesse.

Pour la balle coupée, la raquette sera légèrement ouverte en préparation et elle abordera la balle dans un mouvement de coupe du haut vers le bas ou de l’arrière vers l’avant. La balle restera habituellement plus basse après le bond et aura tendance à glisser au sol plus la vitesse sera élevée.

Dernier effet à tenter de reconnaître est la balle à plat ou avec très peu d’effet, la préparation ressemblera à celle d’un coup brossé mais la raquette ne descendra pas autant sous la balle mais frappera plutôt l’arrière de la balle directement, ce qui signifiera une balle plus facile à anticiper au niveau du rebond mais qui aura pas mal plus de vitesse par contre, on devra donc raccourcir notre élan arrière pour ne pas se retrouver en retard au moment du contact !

La distance :

Un autre élément à anticiper et à considérer est la distance de la balle, qui est une lecture combinée des trois éléments précédents, c’est-à-dire la hauteur, la vitesse et l’effet. Il est primordial de pouvoir lire la distance que parcourera la balle de notre adversaire et ce rapidement après sa frappe. Une erreur à ce niveau et on peut se retrouver dans le pétrin en ayant une balle plus profonde ou plus courte que prévu, ce qui occasionnera un problème de positionnement à la balle.

Une balle haute et rapide se retrouvera assurément dans le fond du terrain ce qui devrait nous indiquer de reculer ou de se préparer à frapper la balle au rebond. Une balle basse et lente devrait nous indiquer d’avancer dans le terrain rapidement pour avoir la chance de s’y rendre et de l’attaquer.

Il est possible d’anticiper la distance que la balle de notre adversaire parcourera en regardant comment il se positionne sur celle-ci. Si nous l’avons mis en grande difficulté sur le coup précédent, nous sommes en droit de nous attendre à une balle frappée avec moins d’applomb et donc qui parcourera moins de distance dans le terrain et nous forcera à avancer. Si notre balle précédente n’était pas très appuyée, nous serons en droit de nous attendre à une balle plus appuyée de la part de notre adversaire ce qui devrait nous faire tenir notre position à l’arrière du terrain ou attendre une balle plus rapide. Il est important de tenir compte de la qualité de notre propre frappe pour avoir une meilleure anticipation de ce que notre adversaire peut ou veut faire avec sa frappe. C’est ce qu’on appelle en anglais le court awareness ou en traduction libre la «conscience sur le terrain».

La connaissance de notre adversaire :

Le dernier élément auquel on peut se fier pour mieux lire la balle et anticiper le jeu plus rapidement est la connaissance que nous avons de notre adversaire. Par exemple si on joue contre un joueur qui aime beaucoup son coup croisé mais n’utilise pas souvent son coup parallèle, on peut s’attendre à ce que celui-ci aie recours à son coup favori dans des circonstances difficiles. On sera alors à même de connaître son intention avant même qu’il ne fasse contact et pouvoir ainsi en tirer profit. Si notre adversaire n’a pas une très bonne forme physique, cela peut nous laisser penser qu’après de longs échanges, il tentera de terminer un point plus rapidement qu’à l’habitude à cause de la fatigue. Nous devrions alors essayer d’allonger les points mais aussi nous attendre à nous faire attaquer plus rapidement qu’à l’habitude dans les échanges. Ce sont ici des exemples de comment on peut utiliser notre connaissance d’un adversaire pour mieux cerner son style de jeu et l’utiliser à notre avantage.

Dans tous les cas, la concentration et l’observation de notre adversaire sont impératives pour améliorer notre jeu et ce, à tous les niveaux!

Bon tennis:)

Commentaires